• fr@francoisepigeolet.be

Fête nationale

Discours prononcé à l'occasion de la Fête nationale

Fête nationale

admin No Comments

Monsieur le Gouverneur,

Monsieur le Commandant militaire de la Province,

Mesdames et Messieurs, chacun en vos titres et qualités,

Chers concitoyens,

Merci pour votre fidèle présence…

J’aurais tant aimé, comme traditionnellement, vous accueillir au sein de notre Hôtel de Ville…

Le contexte lié au Covid 19 en a décidé autrement, rendant hélas impossible cette année le fait de nous y rassembler pour la célébration officielle de notre Fête nationale et l’hommage à notre Royaume et à nos couleurs.

Le 21 juillet 2020 n’aura donc pas un goût de fête…

La crise que nous traversons nous impose un défi de taille et nous renvoie à notre fragilité et à notre égoïsme, nous qui avons, en temps normal, la volonté inconsidérée de tout maîtriser.

La leçon de l’épidémie qui nous frappe est pourtant bien évidente : ce que nous faisons ou ce que nous refusons de faire ne concerne pas uniquement notre personne mais impacte tout le groupe. Nous sommes en effet membres d’une collectivité et inextricablement reliés les uns aux autres. Nous ne pouvons l’oublier…

Comme le rappelait ce 18 juillet le Secrétaire général de l’ONU Antonio Gutteres, nous avons été mis à genoux par un virus microscopique. La pandémie de Covid 19 qui a engendré jusqu’à présent 600.000 morts confronte notre monde à la pire récession depuis la Seconde Guerre mondiale, mettant ainsi en lumière sa fragilité et ses inégalités. On estime en effet à 100 millions les personnes supplémentaires qui pourraient tomber dans l’extrême pauvreté.

Et l’épreuve n’est pas terminée… Nous assistons en Belgique à une remontée inquiétante de la circulation du virus, y compris en Brabant wallon. Et ce n’est pas notre Gouverneur qui me contredira…

Nous ne pouvons baisser la garde !

Tant que le virus circulera, il nous faudra réorganiser notre vie sociale, réinventer notre manière de vivre.

Dans le contexte que nous connaissons actuellement, je veux remercier tous les Wavriens qui, dans leur grande majorité, respectent les consignes qui leur sont imposées.

Et je profite de l’occasion pour réitérer le message que nous avons diffusé dès le 6 avril dernier encourageant vivement nos concitoyens à porter le masque comme mesure complémentaire à la distanciation sociale et aux gestes barrière.

J’ai ici une pensée pour les Wavriens qui ont été touchés par la maladie et pour ceux qui ont perdu un être cher dans ces circonstances tragiques.

Je voudrais également adresser toute mon admiration et ma reconnaissance à l’ensemble du personnel soignant pour son courage et son abnégation.

Et que dire des nombreuses démarches citoyennes et des merveilleux gestes de solidarité qui se sont multipliés et qui font chaud au cœur… preuve que les Wavriens sont capables du meilleur…

Cependant, je ne peux occulter l’angoisse de ceux qui subissent aujourd’hui de plein fouet les effets du cataclysme économique et social engendré par cette crise. Interpellé par le drame vécu par bon nombre de secteurs et désireux de s’entretenir avec des représentants de l’Horeca dans le cadre de la réouverture des cafés et des restaurants, notre Souverain nous a ainsi fait l’honneur de sa visite le 10 juin dernier, profitant de l’occasion pour apporter également son soutien aux maraîchers présents lors de notre marché.

La situation actuelle est en effet particulièrement dure et préoccupante.

Un immense chantier nous attend qui impose un véritable élan, une véritable ambition d’après-guerre.

Le lien est facile…

Nous commémorons en cette année 2020 la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Il y a 75 ans, notre pays, notre continent, refermaient un chapitre sombre de leur histoire : tant de vies brisées, de villes dévastées (dont notre Ville de Wavre). Tant de choses à reconstruire…

Le contexte sanitaire, une fois encore, empêcha l’organisation de manifestation officielle. Je profite donc de cette prise de parole pour réitérer une fois de plus la gratitude et la reconnaissance profondes de notre Ville envers les combattants et les résistants qui risquèrent leurs vies pour nous permettre de reconquérir notre liberté et de vivre, depuis ce 8 mai 45, sur un continent pacifié.

Je voudrais très sincèrement remercier les représentants des associations patriotiques de notre Ville et notamment le Président de l’Association des Groupements patriotiques, Monsieur Marcel Ongena, non seulement pour leur présence mais surtout pour le travail réalisé pour conscientiser la jeune génération afin qu’elle n’oublie jamais les atrocités des guerres, les dangers des partis extrémistes, les pièges du populisme et les blessures du racisme.

Merci aussi aux porteurs de drapeaux.

Je m’en voudrais en ce jour, de ne pas rendre hommage à Monsieur Antoon Kegelaers, ancien Président de l’AGPW qui nous a quittés durant la période de confinement et qu’en raison des mesures sanitaires qui nous étaient imposées, nous n’avons pu accompagner comme il se doit dans son dernier voyage. Une cérémonie sera bien évidemment organisée en son honneur afin que sa Ville de Wavre puisse officiellement lui rendre les honneurs qu’il mérite eu égard à son investissement sans faille en termes de Devoir de Mémoire.

Ce 21 juillet nous permet de saluer le souvenir de nos héros. De nous rappeler ce que nous leur devons pour être aujourd’hui des hommes et des femmes libres.

En ce jour de fête belge de la Liberté, je ne peux oublier celles et ceux qui souffrent encore aujourd’hui aux quatre coins du monde pour atteindre cet idéal. Et à ce sujet, je ne peux manquer de rappeler que cette année 2020 est également l’année du 75ème anniversaire de la Charte des Nations Unies, projet de paix, de droits humains et de justice pour toutes et tous, dont les principes essentiels doivent plus que jamais nous guider, à notre échelle, dans notre investissement citoyen quotidien, afin de lutter contre les fléaux qui nous menacent.

Car il y a chez l’Homme une extraordinaire capacité d’oubli…

Notre pays se trouve confronté aujourd’hui à une situation extrêmement complexe et délicate, à l’obligation de faire face à des défis d’une urgence vitale, à savoir l’urgence sociale et économique liée aux conséquences de la crise, l’urgence environnementale et l’urgence démocratique.

Autant de défis cruciaux à relever sous peine de perdre pied…

La politique au sens noble du terme, telle qu’elle doit être conçue dans nos démocraties, implique avant tout le sens de l’intérêt commun. Elle implique le respect mutuel, la volonté du dialogue et le sens du juste compromis, fruit d’accords émanant d’hommes et de femmes responsables et constructifs. Une démarche qui nécessite du courage et du bon sens…

Aujourd’hui plus que jamais, face aux menaces mais aussi face aux défis auxquels est confronté notre pays, je vous invite à vous recentrer sur nos valeurs communes, à garder courage et confiance et à privilégier les solutions économiques, sociales et humaines qui rassemblent et non des solutions qui divisent…

Je vous souhaite à toutes et tous une excellente Fête nationale.

L’Union fait la Force.

Que vive la Belgique !

Que vive le Roi !

Françoise Pigeolet

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *