• fr@francoisepigeolet.be

Economie mauve

Un de mes chevaux de bataille…

L’économie mauve renvoie à la prise en cause du culturel dans l’économie et s’inscrit dans une perspective éthique. Pour rappel, le mauve est la couleur de la créativité et de l’imagination dans la symbolique des couleurs.

Présentée à Paris en 2011 lors d’un Forum international organisé sous le patronage de l’UNESCO, du Parlement européen et de la Commission européenne, il s’agit d’un modèle visant la réconciliation entre la culture et l’économie. En d’autres termes : faire muter l’économie en lui donnant une couleur supplémentaire, comme ce fut le cas il y a quelques années avec l’économie verte abordant l’environnement à la fois comme un enjeu et une occasion d’affaires. La culture est à l’économie mauve ce que l’environnement est à l’économie verte.

Jusqu’il y a une bonne dizaine d’années, le secteur culturel était perçu comme secondaire en termes d’économie et de marché de l’emploi. Ce n’est plus le cas aujourd’hui avec l’émergence des industries culturelles et créatives (de l’artisanat d’art à la culture numérique) qui trouvent leur origine dans la créativité individuelle, qui ont un réel potentiel économique et qui ouvrent de nouveaux horizons en termes d’emplois.

La culture est bien une économie en soi qui suppose une coordination des actions avec d’autres secteurs tels que l’éducation, le tourisme, l’économie, la recherche,…

Il faut bien préciser que la culture ne se limite pas au monde des arts : nos habitudes de vie, notre langue, notre territoire, notre nourriture,… constituent un environnement dans lequel nous évoluons en tant qu’individus mais où évoluent également les entreprises.

Savez-vous qu’aujourd’hui une grande partie des produits d’exportation les plus rentables pour la France sont des services ou des articles de luxe (mode, arts de la table, alimentation haut de gamme,…) et des biens culturels vendus parce qu’ils sont associés à l’image du pays ?

Tout comme une entreprise, une région et donc aussi  une commune peuvent aussi être mauves et se démarquer en intégrant la dimension culturelle à leur stratégie de développement.

J’y crois fermement…